Coopération


La coopération c'est avant tout un  état d'esprit, de partage, d'analyse dans une vision et pour un objectif commun et acceptable par tous. C'est bien l'état d'esprit qui anime le Pays Pyrénées Méditerranée qui considère la coopération comme un axe majeur et incontournable.


Depuis la création du Pays de nombreux projets d'échanges ou structurants pour le territoire ont vu le jour que ce soit en coopération transfrontalière, internationale ou entre territoires.

ALBERAPASTUR

Contexte

Le massif transfrontalier Pyrénées-Méditerranée présente des caractéristiques paysagères exceptionnelles qui sont le résultat de l’interaction étroite de l’homme et de la nature. Comme une pierre précieuse, c’est la taille qui en fait sa valeur. Si l’on n’y prend pas garde, les atouts et l’identité de ce territoire seront perdus. L’élevage extensif, majoritairement bovin, modèle depuis des siècles ces paysages. Or, l’augmentation de la fréquentation du massif couplée à une défaillance et un déséquilibre dans la gestion des pâturages, ainsi que la baisse des revenus des éleveurs, menacent la pérennité de cette activité.


La particularité du projet ALBERAPASTUR est de se centrer sur la ressource bovine des "Albères" en tant qu’outil d’attractivité et de développement économique du territoire transfrontalier. Il s’agit, d’une part de construire une gestion concertée et durable des pâturages et de participer à la protection du massif par une approche sylvopastorale et, d’autre part, d’améliorer et valoriser la race autochtone "Albera". Présente sur le territoire depuis le néolithique, elle est un emblème de ce territoire transfrontalier et est très bien adaptée aux contraintes et difficultés du massif méditerranéen. Toutefois, la race "Albera" n’en reste pas moins vulnérable au regard du contexte actuel. Le projet ALBERAPASTUR a donc pour vocation le maintien et la valorisation des ressources bovines et sylvopastorales du massif transfrontalier.


une animation transfrontalière

Le Pays Pyrénées Méditerranée a été missionné en 2015, par la préfecture des Pyrénées-Orientales, par l’intermédiaire de Monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Céret, M. Gilles Giuliani, pour prendre en charge une animation concertée afin d’identifier des solutions durables concernant la problématique des bovins errants sur le massif. Pour ce faire, le Pays a bénéficié d’une aide financière du FNADT (Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire). Ce problème, de divagation des bovins n'est pas récent, il engendre de nombreux conflits et parfois même des situations à risque. Il est aussi très complexe de par la diversité des acteurs et sa dimension transfrontalière, en effet les animaux ne connaissent pas les frontières d’états ! La première étape a été de former le groupe technique transfrontalier et de mettre en place une procédure de contact direct entre les versants sud et nord et entre tous les acteurs aussi bien au niveau administratif que communal et entre les éleveurs. Dans le même temps, nous avons constitué des groupes de travail concernant la reconnaissance de la race Albera, la valorisation de la ressource bovine, la gestion concertée de l’espace pastoral et le sylvopastoralisme.


Les actions de terrain, un élan de solidarité entre éleveurs   

Les éleveurs ont jugé nécessaire d’effectuer des actions de terrain afin de créer des zones de récupération des bovins divagants. Il a fallu identifier leurs parcours, leurs habitudes et par conséquent les lieux où il serait le plus facile de les collecter. Entre les mois de mars et de mai 2016, plusieurs rencontres « solidaires » ont eu lieu aboutissant à la construction de deux parcs de contention à Saint Martin de l’Albère et à la fontaine de l’Orri à Sorède.


Le projet POCTEFA


Déposé au POCTEFA le 13 décembre 2016 il a été approuvé au comité de programmation en décembre 2017. Depuis le 1er janvier 2018 nous avons une durée de trois pour réaliser ce projet.


FINANCEMENT/BUDGET

Il est cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide est concentrée sur le développement d’activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes qui favorisent le développement durable du territoire. Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) Budget Transfrontalier : 1 376 386 euros dont 894 650 de FEDER. Cofinancement  33 097 € de la Région Occitanie et 93 851 € de l’Etat (fonds FNADT - en cours). Un budget identique de part et d’autre de la frontière : 688 193 euros.


Objectifs

Ce projet vise à : 

  1. Mettre en œuvre une démarche de reconnaissance de la race Albera en France et de promotion conjointe de cette race autochtone ainsi que l'amélioration de cette race par une meilleure connaissance génétique et une amélioration de la qualité de la viande.
  2. Élaborer une gestion concertée et durable de l’utilisation des pâturages, des parcours, en intégrant les multi-activités du massif, le tourisme, les contraintes des zones protégées et le risque incendie.
  3. Étant donné l'interdépendance des pratiques pastorales et de la prévention incendie, il est primordial d’évaluer les dispositifs d’entretien de coupures DFCI afin de démontrer leur pertinence et proposer des évolutions de ces dispositifs pour pallier leur disparition. 


un équilibre transfrontalier  

Le Pays Pyrénées Méditerranée a été désigné chef de file et travaille en collaboration étroite avec le Département d’Agriculture et Elevage de la Generalitat de Catalunya, le DARP, qui peut être considéré comme le chef de file du versant sud. Ce binôme sera responsable des actions "Gestion administrative" et "Communication", avec l’appui du service Europe du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales. En ce qui concerne les actions "chapeau", les deux responsables sont : l’Institut de Recherche Technologique et Agriculture (IRTA), basé à Gérone, qui prendra en charge le groupe d’action "Valorisation économique de la production" et la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales, qui sera responsable du groupe d’action  "Gestion durable des pâturages et sylvopastoralisme". Cependant, tous les partenaires seront responsables d’une sous-action en fonction de leur compétence. Quant aux éleveurs ils sont partie prenante dans toutes les actions.


La zone d’action  

Le cœur du projet se situe sur le massif transfrontalier de l'Albère jusqu'au Roc de France, en ce qui concerne la gestion pastorale. Par ailleurs, les actions concernant le sylvopastoralisme seront étendues aux territoires voisins des Aspres du côté  sud et nord.



LES PARTENAIRES DU PROJET

  • Pays Pyrénées Méditerranée (Chef de file)
  • Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales
  • Chambre Régionale d'Agriculture d'Occitanie
  • Université de Perpignan Via Domitia (UPVD)
  • Association de Défense et de Promotion des Races Locales en Pays Catalan (ADPRLPC)
  • Association Syndicale Autorisée de travaux Vallespir Aspres Albères (ASA)
  • Syndicat Intercommunal à Vocation Unique des Albères (SIVU)
  • Departament d’Agricultura, Ramaderia, Pesca, Medi Ambient i Alimentació (DARP)
  • Universitat Autònoma de Barcelona (UAB)
  • Associació Baussitges d’Amics de la Vaca de l’Albera (ABAVA)
  • Institut de Recerca i Tecnologia Agroalimentàries (IRTA)
  • Centre de Recerca Ecològica i Aplicacions Forestals (CREAF)
  • Inversions Forestals i Ramaderes  


Contact


Géraldine CAPRANI - Chargée de

mission Coopération et FEAMP

gcaprani@payspyr[...]mediterranee.org